Relais-femmes

Organisme féministe de liaison et de transfert de connaissances

Campagne d’éducation de la ministre de la Condition féminine du Canada, Rona Ambrose

26 octobre 2012 Nouvelles

Source : Fédération du Québec pour le planning des naissances (FQPN). Le 26 septembre dernier, lors du vote de la motion M-312, nous avons eu la surprise de constater que la ministre de la Condition féminine, l’honorable Rona Ambrose, a pris position pour la mise en place d’un comité dont le mandat aurait été de revoir le statut juridique du fœtus à la lumière des avancées scientifiques. Ce comité aurait, sans aucun doute, ouvert à nouveau le débat sur l’avortement (en dépit de la promesse du Parti Conservateur de ne pas revenir sur cet acquis).

Nous sommes d’avis que cette prise de position nécessite un rafraichissement des connaissances de madame Ambrose sur la question du libre-choix et sur l’importance de l’accès universel et gratuit à l’avortement pour toutes les femmes- ce que défend d’ailleurs 75% de la population canadienne.

Une session d’automne intensive pour Rona Ambrose

Pendant les 9 prochaines semaines, nous vous invitons à envoyer à la ministre un argument en faveur du libre-choix. Vous pouvez y aller de votre répertoire ou utiliser le nouvel argument que nous mettrons en ligne chaque lundi sur notre site (www.fqpn.qc.ca).  Transmettez-le-lui par courriel, lettre, Twitter, Facebook, téléphone ou autre…Il est prouvé que la répétition est bénéfique dans le cadre de nouveaux apprentissages.

C’est une question de solidarité. Il faut savoir qu’en plus de devoir représenter et défendre les droits des femmes vivant au Canada, Rona Ambrose occupe de nombreuses autres fonctions, dont celle de ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux. On comprend qu’il lui soit difficile de concilier famille et travail et de rester à jour sur tous ses dossiers. Appuyons notre ministre! Éduquons-la! Avec un peu de constance, Rona Ambrose obtiendra sa note de passage d’ici le temps des fêtes. Il faut l’espérer. Sinon, nous nous reprendrons à la session d’hiver.

Pour faire suivre un argument en faveur du libre-choix à la ministre de la Condition féminine, téléchargez le modèle de lettre qui sera actualisé chaque semaine (ou copiez-collez ci-dessous). Vous pouvez ensuite :

  • Lui envoyer un courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • Lui écrire (il n’est pas nécessaire de mettre un timbre) :
    Room 163 East Block
    Ottawa, ON K1A 0A6
  • Téléphoner à son bureau : 1-613-996-9778
  • Poster sur sa page Facebook : https://www.facebook.com/ronaambrose
  • Twitter : @MinRonaAmbrose

Et ce pendant les neuf prochaines semaines!

Consigne essentielle : communiquez toutes vos initiatives à la FQPN : mettez-la en copie de vos fax, courriels, faites-leur savoir si vous avez envoyé une lettre ou passé un coup de téléphone : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ; fax FQPN : 514.866.1100.

Cette campagne est réalisée avec la participation du Centre de santé des femmes de Montréal, de L’R des centres de femmes du Québec, de la Fédération des femmes du Québec et de Relais-femmes.

============================================================================================================

Lettre finale - modèle - janvier 2013

À l’attention de Madame Ambrose,
Ministre de la Condition féminine,

Le 26 septembre dernier, à la surprise générale, vous avez voté en faveur de la motion M-312, qui visait à mettre en place un comité destiné à discuter du statut juridique du foetus- ce qui aurait ouvert de nouveau la porte à un débat sur l’avortement. Cette prise de position, très surprenante de la part d’une ministre censée défendre les droits des femmes, a suscité de vives réactions auprès de la population et des groupes de défense des droits des femmes*. M-312 venait à peined’être défaite qu’une nouvelle motion visant l’avortement, la M-408, était déposée par un député conservateur.

Il est consternant de constater que, 25 ans après le jugement Morgentaler, les attaques pour revenir sur ce droit fondamental qu’est l’avortement ne cessent pas (44 motions ont été déposées depuis 1988).

Toujours est-il que, suite à votre vote, la Fédération du Québec pour le Planning des naissances, en partenariat avec la Fédération des femmes du Québec, le Centre de santé des femmes de Montréal et l’R des centres de femmes, à défaut d’avoir obtenu votre démission, ont décidé de vous aider à intégrer les arguments en faveur du libre-choix.  Aussi, chaque semaine, pendant huit semaines, vous avez reçu des centaines (nous en avons répertorié 1200) de lettres, fax et courriels vous rappelant pourquoi il est si important pour les femmes de pouvoir choisir si et quand elles souhaitent devenir mères, et dans quelles conditions. Preuve s’il en est que les Canadiennes et les Canadiens sont toujours mobilisés et prêts à agir pour défendre leurs droits en matière de santé sexuelle, reproductive et maternelle!

Aujourd’hui, il est temps de vérifier si tous ces efforts ont porté leurs fruits. Vous pouvez tester vos connaissances avec le test ci-joint **. Nous vous invitons d’ailleurs à nous communiquer vos résultats. Nous pourrons ainsi évaluer si vous êtes prête à défendre les droits sexuels, reproductifs et maternels des femmes vivant au Canada, comme l’exige votre fonction.

Et pourquoi ne pas profiter de la célébration des 25 ans de la décriminalisation de l’avortement, la semaine prochaine, pour vous engager à faire respecter la promesse de Stephen Harper de ne pas rouvrir le débat sur l’avortement…En empêchant, par exemple, le dépôt de nouvelles motions sur le sujet... Ce serait un très beau cadeau d’anniversaire.

Solidairement,

* « Madame Ambrose, Partez! » Communiqué de presse de la Fédération des femmes du Québec et de la Fédération du Québec pour le planning des naissances, 27 septembre 2012.
** Télécharger le test (PDF) : http://www.relais-femmes.qc.ca/files/CampagneRonaAmbrose-Test.pdf

============================================================================================================

Leçon numéro 8 - modèle de lettre - semaine du 10 décembre 2012

Madame Ambrose,

Savez-vous qu’un député de votre parti, Mr Warawa, de Langley (BC), est en train, sous des prétextes détournés, de vouloir ouvrir de nouveau le débat sur l’avortement ?

Comme vous, ce monsieur est préoccupé par les avortements selon le sexe, à tel point qu’il a déposé la motion M-408 demandant que « la Chambre condamne la discrimination faite aux femmes à travers les avortements sexo-sélectifs ». Si l’intention de lutter contre la discrimination faite aux femmes est louable, le moyen préconisé, lui, est étrange. Et vraiment problématique.

Comment Mr Warawa peut-il prétendre combattre la discrimination faite aux femmes tout en les accusant de « féminicide », en les jugeant et en menaçant leurs droits? Avec un tel défenseur, nul besoin d’ennemi…

Lutter contre la discrimination, c’est lutter pour l’égalité entre les sexes et entre les personnes, afin que l’existence de tous et toutes soit valorisée et significative. Cela requiert un travail de fond et des lois pour protéger les plus vulnérables afin qu’ils et elles aient accès aux ressources nécessaires (revenus, sécurité, santé…) pour vivre et élever leurs enfants dans des environnements sains et sécuritaires. Soit tout le contraire... de ce que propose cette motion.

Ne soyons pas dupes, l’argument de la défense des droits des femmes n’est utilisé ici qu’afin de défendre les foetus…contre les femmes.

Je vous fais part de ces réflexions car je crois qu’il est plus que jamais nécessaire de lutter contre la discrimination et la violence faites aux femmes et aux filles. Malheureusement, il est de plus en plus difficile de le faire, notamment en raison des coupures budgétaires qui affectent les organismes de défense des droits, incluant les organismes qui viennent en aide aux femmes violentées et abusées.

C’est pourquoi je vous demande, en tant que ministre de la Condition féminine, de prendre position contre la motion Warawa et d’appuyer les décisions et les budgets qui auront réellement un impact positif sur la vie, la sécurité et le bien être des femmes et des filles vivant au Canada.

Cordialement,

Signature

============================================================================================================

Leçon numéro 7 - modèle de lettre - semaine du 3 décembre 2012

Madame Ambrose,

Savez- vous que depuis le jugement Morgentaler, dont nous allons bientôt fêter les 25 ans, 45 motions visant à limiter ou interdire l’avortement ont été déposées ?

Les stratégies varient : demande de reconnaissance de l’existence juridique du foetus, tentative de criminalisation au-delà d’un certain nombre de semaines de grossesse, redéfinition de l’être humain…

Dans ce contexte, comment croire que la motion M-408, qui rejoint vos préoccupations quant aux avortements sexo-sélectifs, vise à réellement lutter contre la discrimination faite aux femmes et non pas à rouvrir la question du droit à l’avortement ?

Je vous fais part de mes interrogations car je pense que de nombreuses actions pourraient être entreprises afin d'améliorer les conditions de vie des femmes, par exemple un revenu minimum garanti décent, afin que toutes puissent élever leurs enfants dans la dignité, ou un accès universel au système de santé, y compris pour les sans-statuts et les réfugiées.

Les enjeux ne manquent pas lorsqu’il s’agit de lutter contre la discrimination faite aux femmes. Pourquoi choisir cette stratégie ? Devrons-nous encore une fois dépenser nos énergies à défendre le libre-choix ? Ne pourrait-on pas admettre une bonne fois que nul n’est mieux placé que la femme concernée pour prendre les décisions adéquates quant à sa santé sexuelle et reproductive ?

Cordialement,

Signature

============================================================================================================

Leçon numéro 6 - modèle de lettre - semaine du 26 novembre 2012

Madame Ambrose,

Savez- vous qu’au Canada comme ailleurs, la grande majorité des avortements ont lieu avant la douzième semaine de grossesse(1) ? L’échographie pour déterminer le sexe du foetus n’ayant lieu que vers la seizième semaine et aucune augmentation du taux d’avortement tardif n’ayant été constatée par le personnel pratiquant cette intervention, force est de constater que l’avortement selon le sexe n’est pas une tendance lourde au Canada, mais plutôt une exception, en admettant qu’elle existe vraiment.

Je vous fais part de cette information car je pense que cette motion, sous le prétexte de la défense des droits des femmes, tente en fait de remettre une nouvelle fois en question le droit à l’avortement en adoptant un nouvel angle, sensationnaliste et potentiellement xénophobe.

Je tiens aussi à vous assurer que toute motion visant à réellement mettre fin à la discrimination envers les femmes aura mon support inconditionnel. Les groupes travaillant en défense des droits des femmes ont d’ailleurs de nombreuses propositions en ce sens et seraient ravis de les partager.

Cordialement,

Signature

(1) http://www.arcc-cdac.ca/fr/etudiant/backgrounder-f.pdf

============================================================================================================

Leçon numéro 5 - modèle de lettre - semaine du 19 novembre 2012

Madame Ambrose,

Savez-vous qu’être en faveur du libre-choix est une position profondément tolérante et respectueuse? En effet, être pro-choix, c’est accepter et soutenir le choix de chacune, sans jugement, quel qu’il soit. Et c’est surtout ne JAMAIS imposer ses convictions aux autres femmes ni prendre de décisions à leur place.

Être pro-choix, c’est revendiquer une meilleure information par rapport à la sexualité et à la reproduction, afin de favoriser des relations respectueuses, épanouissantes et consenties et de limiter les risques de grossesse non désirée.

C’est aussi lutter pour le maintien d’un système de santé et de services sociaux public, accessible et gratuit afin que chaque personne puisse avoir recours aux services dont elle a besoin, en toute sécurité, que ce soit un suivi de grossesse, un accouchement non médicalisé avec une sage-femme, un avortement ou un suivi pédiatrique ou social.

Bref, c’est soutenir un ensemble de mesures qui vont permettre aux femmes de choisir sans contrainte si, quand et comment elles souhaitent devenir mères.

Je vous fais part de mon opinion, qui est partagée par un grand nombre de Canadiennes et de Canadiens afin que vous puissiez au mieux la représenter et la défendre dans le cadre de vos fonctions de ministre de la Condition féminine.

Cordialement,

Signature

============================================================================================================

Leçon numéro 4 - modèle de lettre - semaine du 12 novembre 2012

Madame Ambrose,

Savez-vous que les personnes pro-choix valorisent la maternité? En fait, elles et ils trouvent que c’est une expérience tellement importante qu’elle ne peut être imposée.

Parce que je suis pro-choix, je souhaite que les femmes aient la capacité de choisir si et quand elles souhaitent devenir mères. À cette fin, je défends l’accès libre et gratuit à l’avortement, la contraception et l’éducation sexuelle. Mais je porte aussi des revendications telles que la revalorisation des minima sociaux, l’augmentation du nombre de places en garderie et le contrôle du prix des loyers, entre autres. Bref, toute une série de mesures qui favorisent l’autonomie et la sécurité financière des femmes, afin que chacune puisse réellement choisir sa maternité et élever dans la dignité le ou les enfants qu’elle a mis au monde.

Je vous fais part de mon opinion, qui est partagée par un grand nombre de Canadiennes et de Canadiens afin que vous puissiez au mieux la représenter et la défendre dans le cadre de vos fonctions de ministre de la Condition féminine.

Cordialement,

Signature

============================================================================================================

Leçon numéro 3 - modèle de lettre - semaine du 5 novembre 2012

Madame Ambrose,

Savez-vous que le taux d’avortement au Canada est relativement stable, avec une tendance à la baisse ces dix dernières années, en dépit de l’augmentation de la population ?[1]

Il est important de rappeler que la meilleure façon de diminuer le nombre d’avortements est l’éducation sexuelle et l’accès à des moyens de contraception gratuits et adaptés pour tous et toutes. Malgré tout, l’avortement restera toujours nécessaire puisqu’il n’existe pas de moyen de contraception fiable à 100%.

C’est une des raisons pour lesquelles je suis pro-choix. Être pour le libre-choix, c’est laisser aux femmes le pouvoir de choisir si et quand elles souhaitent devenir mères. C’est leur offrir des options, et parmi ces options, celle de l’accès à l’avortement universel, sécuritaire et gratuit.

Je tiens à vous partager cette information suite à votre prise de position en faveur de la motion M-312, qui, si elle avait été adoptée, aurait pu ouvrir la porte à la criminalisation de l’avortement, à l’interdiction de certaines formes de contraception et à la surveillance des comportements des femmes enceintes.

J’espère ainsi contribuer au meilleur exercice possible de votre mandat en tant que ministre de la Condition féminine - qui consiste à représenter et défendre les droits des femmes - et éviter ainsi tout futur malentendu.

Cordialement,

Signature

[1] Il est possible de consulter les statistiques de l’avortement sur le site internet de l’Institut canadien d’information sur la santé (www.cihi.ca) et Statistiques Canada (www.statcan.gc.ca/)

============================================================================================================

Leçon numéro 2 - modèle de lettre - semaine du 29 octobre 2012

Madame Ambrose,

Savez-vous que c’est dans les pays où l’avortement est légal et accessible que les taux d’avortement sont les plus bas ?

Ainsi, en Europe de l’Ouest, le taux est de 12 avortements pour mille femmes en âge de procréer, tandis qu’il s’élève à 29 pour mille en Afrique et 32 pour mille en Amérique latine, deux régions où la procédure est illégale dans presque tous les cas dans la plupart des pays.[1]

C’est une des raisons pour lesquelles je suis pro-choix. Être pour le  libre-choix, c’est laisser aux femmes le pouvoir de choisir si et quand elles souhaitent devenir mères. C’est leur offrir des options, et parmi ces options, celle de l’accès à l’avortement universel, sécuritaire et gratuit.

Je tiens à vous partager cette information suite à votre prise de position en faveur de la motion M-312, qui, si elle avait été adoptée, aurait pu ouvrir la porte à la criminalisation de l’avortement, à l’interdiction de certaines formes de contraception et à la surveillance des comportements des femmes enceintes.

J’espère ainsi contribuer au meilleur exercice possible de votre mandat en tant que ministre de la Condition féminine - qui consiste à représenter et défendre les droits des femmes - et éviter ainsi tout futur malentendu.

Cordialement,

(Votre nom)

[1]  Cette information est issue de l’Institut Guttmacher, qui a par ailleurs produit cette courte vidéo sur l’avortement dans le monde

============================================================================================================

Leçon numéro 1 - modèle de lettre - semaine du 22 octobre 2012

Madame Ambrose,

Savez-vous qu’en 1966, les avortements clandestins étaient la principale cause d’hospitalisation des femmes au Canada(1) ?

C’est une des raisons pour lesquelles je suis pro-choix. Être pour le  libre-choix, c’est laisser aux femmes le pouvoir de choisir si et quand elles souhaitent devenir mères. C’est leur offrir des options, et parmi ces options, celle de l’accès à l’avortement universel, sécuritaire et gratuit.

Je tiens à vous partager cette information suite à votre prise de position en faveur de la motion M-312, qui, si elle avait été adoptée, aurait pu ouvrir la porte à la criminalisation de l’avortement, à l’interdiction de certaines formes de contraception et à la surveillance des comportements des femmes enceintes.

J’espère ainsi contribuer au meilleur exercice possible de votre mandat en tant que ministre de la Condition féminine - qui consiste à représenter et défendre les droits des femmes - et éviter ainsi tout futur malentendu.

Cordialement,

(Votre nom)

([1])« Selon  le Bureau fédéral de la  statistique, en 1966 l’avortement  était la principale cause d’hospitalisation des femmes  avec 45 482  admissions ». Louise Desmarais, 2010, La mobilisation politique et sociale autour de la question du droit des femmes à l’avortement, présentation au colloque de l’INRS - Urbanisation Culture Société, 3 février.

Nous contacter

Relais-femmes - 469, rue Jean Talon Ouest, bureau 412 
Montréal (Québec) H3N 1R4

  • Téléphone: (+1) 514-878-1212

Rejoignez-nous

Devenir membre >>

Nous sommes également sur les réseaux sociaux. Suivez-nous et entrez en contact.
Vous êtes ici : Accueil A propos Nouvelles et événements Nouvelles Campagne d’éducation de la ministre de la Condition féminine du Canada, Rona Ambrose