Imprimer cette page

Une approche économique alternative à la vision dominante : l’institutionnalisme de John R. Commons

Guide d'autoformation

Ce cahier, d'abord destiné aux militantes des groupes de femmes, saura intéresser, nous l'espérons, toutesles personnes travaillant dans une perspective de changement social désireuses de s'ini-tier à la penséeéconomique ou d'en approfondir la connaissance. Ce document nous conduit aux fondements de deux approches opposées de l'économie, soit le courant néoclassique, qui sert souvent à légitimer les politiques néolibérales, et une approche alternative, l'institutionnalisme de John R. Commons.

À l'instar d'autres approches en économie, cette dernière permet de développer des options différentes des politiques néolibérales et apporte des arguments pour élaborer des solutions plus équitables aux conflits engendrés parle fait que toute société est composée de citoyennes et de citoyens qui gagnent leur vie les uns en rapport avec les autres, c'est-à-dire dans le cadre d'un rapport d'interdépendance. Aux arguments progressistes fournis par les approches alternatives de l'économie pour résoudre de tels conflits, il faut ajouter ceux procurés par l'analyse féministe, qui a montré que ces conflits et les rapports de pouvoir sous-jacents étaient sexués et prenaient racine, non seulement en emploi, mais plus largement dans le cadre de la division sexuelle du travail. Cette dernière comprend, au-delà du travail reconnu et rému-néré en emploi, le travail effectué majoritairement par les femmes dans l'espace domestique, travail non-rémunéré et constituant un pilier de l'économie monétaire par la production et la reproduction de la main-d'oeuvre rémunérée. Le présent document s'inscrit d'ailleurs dans la démarche de féministes qui cherchent, notamment, à conjuguer analyse économique féministe et économie politique traditionnelle pour faire progresser la sécurité économique et l'émancipation des femmes.